* * * * *

gonzo.calade.fr

Accueil > Humeurs du temps > Année 2012

* * * * *

Actualités année 2012

  

 

05/04/2012

Au plus tendre...

 

Au plus tendre de féroces passions ô combien cruelles et perfides, Oracio retourna vers l'objet de ses désirs.
Dans le jardin à minuit sous la lune ronde, froide, glaçant jusqu'aux feuilles les arbres figés dans un scintillement sympotomatique.

Respirations de tombes accrochées à chacun de ses souffles figés longuement dans l'atmosphère du matin.
Minuit avait passé avec la course des astres.

Il attendait languissant, le froid de ses mains gagnant son coeur par peur que la passion, l'amour qu'il attendait ne vint pas en ce jardin.

Le bruissement métalique des arbres au vent, cliquètements détachés et froid, réguliers, jusqu'à la lune sans oreille.
Et alors monta encore un peu la peur. Mais vers où? Mais vers qui ou quoi? Et pourtant il ne put se résoudre à quitter ce jardin même alors qu'il percevait la fuite du temps...

Les oiseaux au matin engourdis par le gel, le trouvèrent étendu.

Sa passion cruelle et perfide était passée, l'avait fauchée de ses blanches lèvres. Emportant son dernier souffle
au pénultième rayon de lune, à l'aube d'un jour nouveau dans lequel deja mourrait son suivant.

 

05/04/2012

Une vague dans le pacifique

Il me semble que je suis un homme relativement convenable et normalement équilibré.

Quoique...

Je ne serais pas absolument honnête si je ne concédais que parfois, il se trouve que je puisse réagir aussi étrangement qu'une personne mentalement attardée ou maladivement perverse. Mon mal de dos, tout atroce qu'il soit, ne peut pas tout expliquer ni être la cause de tout.
Si je mettais en quantité et en bizarrerie tout ce que j'ai avalé hier soir dans un seau, je répugnerait ce matin à le faire boire à un cheval de trait, de crainte qu'il ne devienne définitivement impuissant, totalement aveugle, fou furieux et incontrolable à bouffer des barrières ou avoir un quelconque autre comportement totalement ératique ou imprevisible. Ou bien, plus sobrement, qu'il ne s'écroule raide mort.

Alors qu'au final et au terme d'une longue et chaude nuit, j'ai simplement rencontré des problèmes d'ordre technique avec mon véhicule automobile et mon informatique domestique.

On aurait pu craindre des méfaits ou conséquences  bien plus terribles et sinistres de la part d'un individu qui durant quelques heures de la nuit s'était pris pour une vague du pacifique, puis pour laquelle l'oeil droit était devenu un écran d'ordinateur dont le curseur s'était métamorphosé en un petit bonhomme en habit de bagnard, tandis que sur son oeil gauche apparaissait une succession de lignes et de gribouillages multicolores et qui avait attendu le matin en écoutant des conversation d'esprits invisibles, présents dans les arbres de son jardin.

 

 

05/04/2012

Complainte du mou, ou d'humour.

Et alors, et alors!
Oh pâle cavalier aux burnes de marbre,
Toi qui te voudrais héros fier et universel
alors que n'es seulement masturbateur en coin
aussi salace, perfide et inutile qu'une cloche à rhizome.

Crois tu vraiment, oh malabar insipide, deja mâché de l'an dernier,
Ne crois tu pas qu'un jour où l'autre, dans une chambre, une turne quelquonque,
Ne crois tu pas qu'un de ces jours, car le pardon m'est étranger en cette affaire,
Ne crois tu pas qu'un soir à venir, un soir ou un autre, coincé contre un mur,
Ne crois tu pas, ne crains tu pas, que mon courroux ne déborde?
Et ne crains tu pas que mes mains ne se referment sur ton cou?

Te pressent, t'asphyxient?

Ne crains tu pas, que ce jour là, je ne ressente nulle joie?

 

 

05/04/2012

Ce qui est beau dans les mots et les lettres...


C'est que si, par exemple, on place les lettres pas n'importe comment, ça fait des mots.
Deja un mot c'est pas rien, faut pas croire, c'est complexe.
Parce que si tu ecris "coucou", ça a un sens. Alors imaginons que "coucou" ça veuille dire "plastique", ça change tout.
Parce que si tu crois dire "coucou" ... Enfin ça va encore si tu es seul, ça n'aurait pas d'importance, mais si tu es deux par exemple, toi tu dis "coucou" et la personne comprend "plastique", c'est ennuyeux, apres tu risques de passer pour un fou auprès de ladite personne. Enfin, si elle n'est pas folle auquel cas elle pourrait comprendre autre chose que "plastique" et meme "coucou", si ça se trouve. Du coup elle serait folle mais dans ce cas là, j'admet que tu ne pourrais pas t'en rendre compte. Parce qu'elle aura compris exactement ce que tu voulais exprimer mais de façon totalement fortuite.

Mais vaut-il mieux ne pas comprendre que de comprendre par hasard?

L'écriture et les mots sont des choses assez complexes.

Sil fallait demontrer qu'il est possible d'ecrire des choses ayant un sens avec des lettres, des mots et des phrases, je ne saurais trop comment m'y prendre.

Alors même qu'il est possible de faire passer des sentiments, de vrais sentiments avec les violons et tout. Enfin dans le style, pas besoin de violons pour les entendre. Par exemple tu écris: le froid brule mes doigts engourdis. Ben ça le fait non ?
Et comme vous le remarquez, il n'y a rien de très sensuel là dedans, dans le fait que le froid te crame les doigts.


Les mots sont puissants, c'est certain. Et leur puissance oscille entre la cuillere à soupe, le 44 Magnum et la bombe de plusieurs dizaines de mégatonnes.

 

 18 / 02 /2012

Election


Sarkozy vient de se déclarer candidat à l'election présidelle de 2012. Jusque là rien de bien surprenant, ni d'excitant. C'est dans la triste logique des choses. La France Forte... Dejà avec les casseroles que se traine le personnage, il ferait mieux de se présenter à Top Chef. L'honneur voudrait... Ah mais l'honneur... Veuillez m'excuser, de quoi parlions nous? je divague.

Enfin tout celà pour dire que ce qui m'a profondément marqué ce sont certains commentaires autour de cette candidature annoncée; commentaire entendu au journal télévisé de 13h.
Une dame, militante UMP interviewée a affirmé que c'était le plus  extraordinaire moment qu'elle avait vécu dans sa vie toute entière. Comment alors arriver à imaginer la misérabilité de la vie de cette pauvre femme? Je savais que la misère existait dans notre pays, mais à ce niveau là, j'en reste profondément choqué. Le plus extraodinaire moment de toute sa vie... Vraiment appréhender un tel concept m'est impossible. 

Et de l'autre coté du couloir, quasiment, lors d'un meeting PS, Hollande fustigeait cette candidature, et son adversaire. Et des militant PS hurlaient de joie et criaient revanche. S'en allait être terminé du Sarkozisme, enfin!

De mon coté je ne comprenais pas comment l'on pouvait être anti sarkoziste et voter Hollande. En essayant de voir celà de la manière la plus optimiste et positive possible, il me semble que ça laisse aux français le choix de la couleur du godemichet.

Remplacer un petit roquet billeux, lubrique et arrogant à la fébrilité de cocaïnomane par une sorte de Casimir éjaculateur précoce dopé par le programme weight wathcher, certes celà peut apparaitre comme allant dans le bon sens... Mais tous deux m'apparaissaient comme les deux machoires d'un même instrument prêt à broyer le peuple français.

Bref, quelle vision d'horreur que celle de ces militants et téléspectateurs shootés à la désinformation organisée, aux sourires idiots, tièdes et décérébrés d'un Jean pierre Pernaud poussant l'arrongance ou l'aveuglement sénile jusqu'à se prendre pour un journaliste.

Quelle époque étrange, vraiment.

page précédente début de page page suivante

Powered by CMSimple | Template: ge-webdesign.de | O